FR Répliques TAG Heuer Montres Monaco Steve McQueen Calibre 11

Heuer Monaco : un chronographe mythique

Si le chronographe a d’abord eu pour vocation de permettre le chronométrage de performances et plus globalement le calcul de temps courts, l’apparition ultérieure d’outils électroniques plus précis l’a relégué plus tard au rang d’objet de collection.
Le monde de la course automobile a néanmoins eu le temps de donner naissance à certains modèles aujourd’hui entrés dans l’Histoire – pour le plus grand plaisir des collectionneurs !
Les amateurs penseront bien entendu au Cosmograph Daytona de Rolex dont la Maison genevoise a dévoilé à Baselworld cette année une nouvelle édition inspirée du passé particulièrement réussie – voir notre article Rolex Daytona version 2016 – notre avis.
Ils penseront également à la Speedmaster dont Omega présentait à cette même Foire de Bâle la très belle version Speedmaster CK 2998 Edition Limitée aux allures vintage – la Speedmaster étant, faut-il le rappeler, une montre de sport destinée à l’origine aux amateurs de vitesse automobile avant de rejoindre l’équipement de la NASA.
S’il est cependant une marque suisse qui peut se targuer d’un prestigieux passé en la matière, c’est bien TAG Heuer et avant elle Heuer – profitez-en pour explorer le catalogue et les prix des montres TAG Heuer.
L’histoire de la filiale du Groupe LVMH est en effet pavée de modèles taillés pour l’asphalte aux noms aussi évocateurs les uns que les autres : Carrera, Camarro, Autavia, Monza sans oublier Monaco.
Si cette dernière, apparue en 1969 sous la référence 1133B, est peut-être aujourd’hui l’une des plus célèbres du catalogue copies TAG Heuer, c’est certes à son esthétique atypique pour l’époque – avec notamment un imposant boîtier carré – qu’elle le doit.
Mais c’est probablement aussi et surtout à l’acteur Steve McQueen qui la porte dans le film Le Mans sorti en 1971, faisant de la Monaco LA montre de pilote automobile par excellence.
Le succès commercial n’est pourtant pas au rendez-vous l’époque.
La première montre chronographe automatique carrée et étanche de l’histoire de l’horlogerie suisse devra attendre la fin des années 90 et le début des années 2000 – 2003 étant l’année du lancement de la Monaco réf. CW2113 dotée d’un cadran bleu dit McQueen – pour voir les ventes du modèle décoller.
Cet engouement se confirme en 2009 avec l’édition de la Monaco Calibre 11 40th Anniversary réf. CAW211A, une série limitée à 1.000 exemplaires que la marque n’aura aucun mal à vendre malgré un prix particulièrement élevé.
Cette version 2015, dévoilée à l’occasion de la sortie du film documentaire “Steve McQueen, The Man and Le Mans” et portant référence CAW211P, en reprend les principaux attributs – avec un prix plus raisonnable -, s’inspirant ainsi directement du modèle de 1969.

TAG-Heuer-Monaco-CAW211P

TAG Heuer Monaco réf. CAW211P : une personnalité bien trempée

Les montres de forme ayant réussi à traverser les années ne sont pas légion en raison de leur côté atypique et de la forte personnalité qu’elles dégagent.
La Monaco compte indéniablement au nombre de celles-ci aux côtés notamment, dans le registre montre classique, de la Reverso Jaeger-LeCoultre.
Et c’est la raison pour laquelle il vous faudra passer cette répliques montres TAG Heuer plus que toute autre au poignet avant d’en envisager l’acquisition afin de laisser le charme agir – ou non.
Parce que cette version 2015, déclinaison de série de la Monaco 40th Anniversary, ne laisse personne indifférent : on l’adore ou on la déteste – c’est le propre des fortes personnalités.
Son boîtier carré anguleux de 39mm de côté affiche en effet une belle présence au poignet.
En termes de poids tout d’abord, avec ses 118 grammes qui n’empêchent pas un excellent confort au quotidien sous réserve de la porter bien ajustée – un ajustement facile à effectuer compte tenu de la présence d’une boucle déployante par pincement simple à régler.
Cette montre automatique typée ne laisse d’autre part indifférent personne en raison du placement atypique – mais fidèle au modèle d’origine – de sa couronne de remontoir à gauche à laquelle font face les poussoirs du chronographe, à droite.
Vous vous tromperez d’ailleurs probablement souvent de sens en la mettant à l’envers – au début en tout cas – lorsqu’au réveil, vous la passerez au poignet.
Même difficulté amusante – parce que cela fait sans conteste partie du charme de cette Monaco Calibre 11 – lorsque vous devrez régler l’heure de la montre ou la remonterez de quelques tours de couronne pour réarmer le barillet après quelques jours d’immobilisation.
Parce que manipuler la couronne de la main gauche n’est pas si naturel que cela – pour un droitier en tout cas.
Bien entendu, la forte personnalité de cette TAG Heuer résulte aussi de la couleur de son cadran.

Livrée en 2015 en une version bleu mat de type bleu barbeau, le cadran de cette nouvelle Monaco Calibre 11 offre un visage plus discret que les versions précédentes dont le cadran bénéficiait d’une finition soleillée qui pouvait conférer au modèle un côté un peu shiny.
Gagnant en élégance, cette Monaco Calibre 11 version 2015 y gagne également en lisibilité diurne, la surface mate de son cadran absorbant parfaitement la lumière.
Côté lisibilité nocturne en revanche, la luminescence s’avère insuffisante pour vous accompagner tout au bout de la nuit – comme sur les versions précédentes – en raison de points luminescents ponctuant les 5 minutes de trop petite taille et d’aiguilles insuffisamment pourvues de cette même matière.

TAG-Heuer Monaco-CAW211P

TAG Heuer Monaco 2015 : un chronographe polyvalent

Dernier élément qui participe à la séduisante personnalité de ce chronographe : la disposition de ses deux compteurs argentés de forme carrée à 3 et 9h si caractéristique du modèle.
Leur vocation respective a cependant évolué depuis 1969.
Celui placé à 3h est dorénavant dévolu à la petite seconde – compteur 30 minutes du chronographe sur le modèle d’origine qui ne disposait pas de l’affichage de la seconde.
Celui positionné à 9h fait quant à lui désormais office de totalisateur 30 minutes du chronographe – alors qu’il s’agissait d’un compteur 12 heures sur la référence 1133B de 1969.
Les amateurs de montres le savent : au même titre que les montres de plongée s’éloignent rarement du bord de la plage, les chronos vont rarement au-delà des 5 minutes nécessaires à la cuisson d’un œuf à la coque – tout dépend si vous l’aimez baveux ou plutôt ferme !
Ceci étant, ceux qui le laissent tourner en permanence, animant ainsi le cadran de leur montre – d’autant que sur cette Monaco, l’aiguille des minutes du chronographe revêt un joli rouge laqué -, regretteront sans doute que l’aiguille du totalisateur des minutes soit traînante et non sautante.
Pour le plaisir des yeux parce que dans les deux cas, 5 minutes restent 5 minutes – alors qu’un œuf à la coque a vite fait de devenir un œuf dur !
Enfin, côté mécanique, si le mouvement qu’embarque cette version 2015 porte le même nom que celui motorisant son illustre aînée réf 1133B, le Calibre 11 – un mouvement chronographe automatique battant à l’époque à la fréquence de 19.800 alternances par heure développé conjointement par Heuer-Leonidas, Dubois-Dépraz, Hamilton-Buren et Breitling en 1969 -, il ne s’agit bien entendu pas du même mouvement.
Le calibre 11 qu’embarque la Monaco dévoilée l’année dernière est quant à lui basé sur le Sellita SW300 auquel répliques montres TAG Heuer en ligne adjoint un module de chronographe Dubois-Dépraz – la version 40th Anniversary faisait appel à une base ETA.
La construction modulaire de ce mouvement – module placé au dessus de la platine du mouvement – se devine par la position de la couronne de remontoir qui affleure avec le poignet sans altérer le confort puisque ladite couronne est placée à 9h.
Ce calibre 11 version 2015 présente ainsi les attributs de sa base : une fréquence classique de 28.800 alternances par heure, 40h de réserve de marche et une date rapide à 6h.
TAG Heuer cède à la mode des montres avec vue sur le mouvement en pourvoyant cette Monaco contemporaine d’un fond muni d’une glace saphir – qui ne présente pas autant d’intérêt que celle qui se trouve côté cadran, avec sa très belle forme convexe caractéristique du modèle.
Au programme : une décoration classique faite de Côtes de Genève et une masse oscillante personnalisée siglée Heuer.

TAG-Heuer_Monaco-CAW211P

Conclusion

Proche du modèle d’origine, la nouvelle Monaco Calibre 11 réf. CAW211P s’inscrit dans la même lignée que l’Autavia que dévoilera répliques TAG Heuer montres à Baselworld 2017.
Explorant sa riche histoire, elle reprend de ses aînées certaines de leurs caractéristiques pour les réinterpréter à la sauce contemporaine.
Résultat ? Une montre sport masculine très typée course automobile qui, malgré une personnalité marquée, sera à l’aise en toutes circonstances.
En d’autres termes, un beau chronographe pour amateurs de montres sport chic mais, comme l’Autavia 2017, non destinée aux collectionneurs de montres Heuer vintage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *