Reproduction Breitling Montre Superocean Nouvelle Vague FR

Bien que Breitling soit fortement associée au monde de l’aviation, elle n’en oublie pas les plongeurs ! TWO a testé pour vous la Superocean Nouvelle Vague, une icône de la marque revisitée en 2010.

Breitling-

Avant-propos

A première vue, une Breitling dans une série spéciale consacrée aux “plongeuses” peut surprendre !
Pour la plupart des amateurs, Reproduction Breitling Montre est en effet synonyme de chronographes d’aviateurs – comme la célèbre Navitimer (essayée par The Watch Observer).

Mais penser que la marque ne s’adresse qu’aux pilotes (ou à tous ceux qui veulent faire croire qu’ils le sont) serait une erreur.
Il existe en effet chez Breitling une gamme dédiée à l’univers marin depuis de nombreuses années.
La première Superocean est même sortie en 1957 !

Le modèle essayé aujourd’hui est le millésime 2010, appelé “Nouvelle Vague” suite à la mise à jour de son design.

Une belle qualité de réalisation

Les principales modifications apportées à cette Reproduction Breitling Superocean Nouvelle Vague Montre concernent le cadran, entièrement nouveau avec ses gros index appliqués et la lunette en acier surmoulée de caoutchouc.

Notons que ce lifting marque vraiment une nouvelle direction pour Breitling qui abandonne ici certains éléments de design emblématiques de la marque comme les cavaliers de la lunette (ces petites excroissances de métal posées sur les index de la lunette).

Certains pourront regretter que ce nouveau style soit moins facilement identifiable.
D’autres au contraire apprécieront ce design moins typé.

Breitling

Quoiqu’il en soit, si elle conserve des airs de baroudeuse, cette Superocean Nouvelle Vague semble maintenant beaucoup plus civilisée que son prédécesseur.

Son nouveau cadran noir possède une texture “granuleuse” qui renvoie de beaux jeux de lumières en écho aux surfaces sablées des index appliqués.

La finition de l’ensemble est bonne et plutôt inattendue pour une plongeuse dans cette gamme de prix.

La finition de la lunette est notamment très réussie.
Il ne s’agit pas d’un simple film de caoutchouc posé sur une surface lisse qui risquerait de se dégrader rapidement.
La lunette acier est ici usinée (creusée) pour faire apparaître les différents marquages avant d’être “remplie” par le surmoulage caoutchouc.
La couche de caoutchouc est ainsi épaisse et devrait s’avérer résistante dans la durée.

Au delà du look, ce revêtement caoutchouc permet aussi d’absorber les petits chocs et de limiter les rayures de porté.

Notons également que cette lunette est fixée au boîtier via six vis latérales qui empêchent tout arrachage intempestif.

Côté mouvement : calibre 17

Coté mouvement, Reproduction Breitling Montre fait confiance à son traditionnel Calibre 17 – qui n’est autre qu’un
ETA 2824 de qualité chronomètre.

Les modifications apportées portent avant tout sur la recherche de la meilleure précision possible avec entre autre le remplacement du ressort de barillet, le centrage du spiral et le réglage en cinq positions.

Comme toutes les Breitling, la Superocean Nouvelle Vague est certifiée C.O.S.C. (Contrôle Officiel des Chronomètres Suisses) – ce qui devrait rassurer les inquiets.

Au porté, la montre essayée n’a d’ailleurs montré une avance que de 2 à 3 secondes par jour !

Au quotidien

 

Concernant le bracelet, le choix est vaste.

Breitling_

En effet, hormis le classique bracelet acier “professional” à trois maillons obliques (visible sur les photos), la Superocean est également disponible sur deux modèles de bracelets caoutchouc dont le nouveau “diver pro II” monté sur notre modèle d’essai.

Au poignet, le confort est très bien grâce au diamètre et au poids contenus de cette Breitling.

L’épaisseur est par ailleurs raisonnable (15,47 mm) pour une montre étanche à 1.500 mètres.

Pour les activités sportives terrestres et urbaines, le bracelet acier est idéal et apporte un petit côté “habillé” à la montre, autorisant le port du costume/cravate.

Il sera en revanche avantageusement remplacé par le caoutchouc pour les sorties plongées.
En effet, le bracelet acier ne permet pas de réglage de sa longueur sans outil et n’a pas d’extension pour être porté sur une combinaison.

La montre a été testée en situation lors de cinq plongées loisir, entre –20 et –25 mètres.
Si la Superocean a rempli sa mission sans rechigner, elle a aussi montré son principal défaut : l’absence de repaire lumineux sur la lunette pour marquer le début de la plongée.

Cela n’est pas rédhibitoire (la lisibilité sous marine reste acceptable) mais c’est d’autant plus dommage qu’il ne s’agit là que d’un choix esthétique de la part de Copies Montre Breitling Superocean Nouvelle Vague qui empêche de fait la montre d’être conforme à la norme ISO 6425 définissant les montres de plongée professionnelles…

La lunette reste cependant agréable à manipuler sous l’eau grâce à son crantage très marqué et la boucle ardillon “sécurisée” du bracelet caoutchouc donne confiance.

Conclusion

Breitling nous propose avec sa Superocean Nouvelle Vague une montre de plongée dotée de nombreuses qualités.
Bien finie, agréable à porter et bénéficiant d’un excellent rapport qualité/prix, elle sera un très bon choix pour un amateur qui ne cherche pas une montre de plongée professionnelle mais une montre de sport adaptée aux activités aquatiques, tout en restant portable en société.

Les + :
sa polyvalence
son étanchéité
une personnalisation possible de votre montre grâce à un “grand” choix de couleurs de rehauts et de types de bracelets
son rapport qualité/prix
Les – :
le design de la lunette inadapté à une vraie plongeuse
l’absence d’extension pour le bracelet acier

Informations complémentaires :
prix public de la montre : sur bracelet acier = 2.600 € / sur bracelet caoutchouc = 2.200 €
les prix affichés sont les prix publics de la montre à la date de publication de l’Essai
poignet du rédacteur / testeur = 17 cm

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *